L'Académie des ânes de Prétin

Un texte qui nous vient de Claude Romanet (e-mail claude.romanet@worldonline.fr), Maire de Prétin, dans le Jura

A quelques kilomètres de Salins les Bains (Jura), se trouve la petite localité de Pretin. Au Moyen-Age, les villageois s'étaient fait une spécialité en élevant les ânes que les sauniers de Salins utilisaient pour transporter le sel. Les habitants de Pretin pouvaient ainsi payer une partie des redevances que leur demandaient les moines du prieuré de Château-Salins.

Mais, peu à peu, ces moines perdirent le privilège de lever les impôts et se trouvèrent réduits à la misère. Cherchant un moyen d'en sortir et se souvenant de l'élevage qui avait fait la renommée du village, ils décidèrent, un beau jour, de créer une " Académie des ânes ".

Cette association, née en 1740, avait pour but de récolter des offrandes sans que celles-ci fussent trop désagréables à la bourse des donateurs. Un règlement fut donc établi. Il stipulait qu'un examen de passage serait nécessaire pour faire partie de l'Académie et que tout candidat ne pouvant répondre à au moins cinq des questions qui lui seraient posées serait passible d'une amende, qu'il pourrait d'ailleurs payer en viande ou en vin ! ! Quant à celui qui passait les épreuves avec succès, il était obligé d'offrir un bon repas aux académiciens, avant de se voir coiffé d'un bonnet de peau de chèvre surmonté de deux oreilles d'ânes et de devoir se rouler trois fois par terre en brayant à gorge déployée.....

On dit que les candidats étaient nombreux, dans toute la région et l' "Académie des ânes prospéra rapidement, avant de disparaître à l'aube du XXe siècle.

Retour au Coup de Coeur