L'arrêté municipal du maire de Saint-Léger-des-Prés

Nous, Maire de la commune,

- Vu les textes écrits par Châteaubriand, à propos de l'âne, et publiés dans la "revue des deux mondes" du 1er décembre 1834,

- Vu en particulier cette affirmation selon laquelle "on couvre de son nom cent imbéciles qui ne sont pas dignes de lui ressembler,

- Vu également cette phrase de Châteaubriand rapportée par le comte de Marcellus ("Châteaubriand et son temps") selon laquelle "c'est nous nation rieuse qui avons fait de l'âne un animal abject",

Considérant que ces textes émanant d'un de nos plus grands écrivains ont force de loi,

Arrêté

Article premier : Il est interdit d'utiliser sur le territoire de la commune de Saint-Léger-des-Prés toute expression portant atteinte à l'honorabilité de l'âne, en particulier "bête comme un âne", "ânerie", "bonnet d'âne", etc...

Article second : Tout contrevenant pris en flagrant délit devra présenter ses excuses sous forme de carottes ou de sucreries aux ânes résidant sur le territoire de la commune.

Article troisième : Le maire de Saint-Léger-des-Prés et toute autre personne suceptible d'être intéressée par cette mesure, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté qui sera affiché à partir du 1er avril 1991

Saint-Léger-des-Prés, le 1er Avril 1991

 

Signé : le maire, J. Le Borgne de la Tour


Retour au Coup de coeur