Une astuce pour avoir des ânes sans bourse délier... et accessoirement sauver l'économie belge et européenne

Nous avons reproduit in extenso ce message reçu, en corrigeant simplement quelques petites fautes d'orthographe (Gerda parle flamand) mais en conservant ce style et cette verve inimitables...

Je suis Gerda, flamande amoureuse des ânes. En 1998, j'ai décidé de m'acheter un âne pour faire une randonnée direction Santiago de Compostelle.

Pour acheter un âne, qui s'appelait dans mon imagination "Parhasard", j'ai fait 30 collages en carton que j'ai vendus comme "actions de Parhasard" à 1.000 francs belges pièce.

Pour l'exposition et la vente, j'ai inventé la Bourse du Commerce Artificielle. Les actionnaires qui ont acheté une part de Parhasard sont tenus au courant de cette affaire par un journal que je leur envoie de temps en temps.

Avec l'argent gagné, j'ai acheté une ânesse, Candide Parhasard, qui a déjà donné naissance à deux ânons : Jules-César Parhasard et Beau Parhasard. Maintenant elle vit en compagnie de son nouveau fiancé, Hector, ainsi qu'avec Joe-Bok, un bouc très possessif. Joe-Bok est jaloux de Hector parce qu'il est aussi amoureux de Candide. Il essaie d'éviter que Hector saisit (...) Candide.

Mais si tout va bien on attend un nouveau bébé au printemps prochain.

Alors les actionnaires de Parhasard n'ont rien à complaindre, n'est-ce pas ? Leur action vaut déjà trois fois plus qu'au moment de la souscription... En plus, ils ont le droit de partager la randonnée que je fais autant qu'ils veulent. De temps en temps, j'organise des réunions pour qu'ils puissent constater eux-mêmes que leur argent est bien investi.

Mais moi aussi je me suis enrichi dans cette affaire. Le monde des ânes est plein de surprises comme les randonnées que je pratique. Car du moment que j'ai acheté mon âne, je me considère comme "en route" même si je n'ai pas quitté la Belgique avec mon âne déjà. Je prends mon temps pour atteindre mon but, j'ai appris ça de mon âne et ça me convient très bien.

Cette année je fais le tour de la Belgique avec mon âne et l'année prochaine on va découvrir la France. Quand le but final, Compostelle, est atteint, je suis sûre que la fabuleuse Candide Parhasard va chier des crottes en or, qui sauvent pas seulement l'économie belge et française, mais de toute l'Europe entière...

Document expédié par Gerda, villadelfia44@hotmail.com

Retour au Coup de Coeur