L'enfant aux yeux si doux

Il était dans la crèche
tout au fond silencieux
Regardant le bébé
il était très heureux.
Quel honneur d'être là
et quelle joie surtout
De pouvoir réchauffer
l'enfant aux yeux si doux.
il était là encore
sur la route de l'exil
Menant son doux fardeau
loin du pays hostile.
Il marchait doucement
pour bercer le petit
Il portait sur son dos
et Jésus et Marie.
Il était là bien sûr,
brossé, bien étrillé
Habillé de palmes,
couronné de lauriers.
Aux portes de la ville,
au temps du renouveau
Attendant le Seigneur,
le beau jour des Rameaux.
On ne l'a pas revu quand
au bout de la Croix
Simon de Cyrène protestait
à mi-voix.
Mais sur la mont Cavaire
un Romain étonné
Regardait, stupéfait,
un vieil âne pleurer.
C'est depuis ce jour-là,
raconte un vieux berger,
Que les doux yeux des ânes
semblent toujours mouillés.

 Mme S.L. Sevignacq

Retour à la liste des poésies