Au petit trot de Pégase (extraits)

Mon ami, qu'es-tu devenu ?
Où donc niches-tu mon doux maître ?
Comme on s'aimait ! te souviens-tu
Des jours où je menais paître
Lorsqu'assis à califourchon
Sur tes épaules accueillantes
Tu m'emmenais où le chardon
Pousse et fleurit, au bord des sentes.
Te souviens-tu des entretiens
Dans les raidillons verts de cystes
Ta bonne tête dans mes mains,
Joue contre joue ? tes bons yeux tristes
Semblaient l'être à voir le destin
Qui attendait ton camarade ;
Alors pour calmer ton chagrin,
Je prolongeais mon accolade.
Et puis un jour, tu es parti !
Car, chez nous, là-bas en Provence,
On ne meurt jamais, c'est ainsi,
"on part" et c'est la délivrance.

 Jacques Bourgeat

Retour à la liste des poésies