Anaïs et martin



Valérie et Angélina




Une tournée " Anes et Marionnettes "




" Vous serez libre en vérité lorsque vous vous élèverez au-dessus de ces choses qui vous enserrent (K. Gibran) "

Pour nous élever, nous avons choisi de nous délester du superflu : maison, voiture, appareils ménagers, meubles etc.

Ce qui nous reste ce 1er juin 2000, jour de notre départ de Quarouble (Nord) ?

Quelques vêtements, une paire de godillots, 2 sacoches emplies de matériels tels que tente, popote, duvets, et 2 autres où cohabitent Gustave, Maria, Léon, Filou et leurs copains, toute une joyeuse bande de marionnettes !

Et pour transporter tout ce joli monde, me direz-vous ? Une charrette à bras ? Des vélos ? Non ! Des ANES ! Anaïs, 7 ans et Martin, 5 ans, 2 solides représentants de l'espèce asine qui se coltineront respectivement 60 et 40 kg de matériels. Ce seront les principaux protagonistes de cette aventure qui durera 1 an 1/2.
Les seconds rôles sont tenus par Angelina, 32 ans et Valérie, 36 ans.


L'idée est simple : Marcher sur les chemins de France accompagnées de nos 2 ânes bâtés et lors de nos haltes, jouer un spectacle de marionnettes dans les écoles et les centres de loisirs.




Notre pérégrination nous fera traverser le Nord, la Champagne, les Vosges, la Bourgogne, le Massif central, la Lozère, l'Aveyron, le Tarn, le Lot, la Dordogne, les Charentes, les Deux-Sèvres, la Vendée et enfin la Bretagne où nous achèverons cette longue marche le 15 décembre 2001 après 4.500 kms parcourus.

Ce que nous retenons de ce voyage, ce sont évidemment de splendides paysages mais surtout des rencontres.
Marcher avec son âne sur les chemins est une ouverture fabuleuse sur le monde, la nature et les êtres humains.
Nous avons pris le temps (rare luxe de nos jours !) de rencontrer l'Autre, de l'écouter et de partager avec lui des moments simples.

Ce furent d'abord les enfants, splendides de spontanéité et de curiosité. " T'habites où ? T'as pas de maison ? Si tu veux tu peux venir chez moi "
Nous leur expliquons que nous avons choisi la vie de nomade et donc que nous dormons tous les soirs à un endroit différent, souvent sous la tente à côté des ânes et que c'est génial.
Après le spectacle de marionnettes, nous les entraînons vers les ânes qui mâchouillent quelques brins d'herbe dans un coin de la cour de récréation.
Faire entrer un animal, qui plus est un âne, dans l'enceinte de l'école est vécu par les enfants comme un événement extraordinaire. Aucun ne reste indifférent. Certains voient pour la première fois un représentant de l'espèce asine.
Pour les plus petits, le contact physique est primordial. Ils découvrent la douceur et la chaleur du pelage, l'odeur, les réactions de l'animal aux caresses.





Les plus grands nous assaillent de questions. Nous en profitons pour passer quelques messages :
- Non, l'âne n'est ni têtu ni bête.
- Oui, l'âne a son intelligence et nous donnons des exemples à l'appui.

Nous leur expliquons notre choix de voyager avec nos pieds. Nous leur parlons de notre joie en surprenant ici un chevreuil, là, un renard, là, toute une famille de sangliers. Dans ces rencontres avec les animaux sauvages, l'âne joue un rôle important car c'est souvent lui qui détecte leur présence toute proche en s'arrêtant et en pointant ses oreilles en avant. Nous leur racontons, au gré des saisons, les champignons, les châtaignes, les noix, les noisettes, les figues, les mures, les pommes, poires, cerises, framboises dégustées au long du chemin. Nous leur racontons comme la nature est belle et généreuse.

Ce furent ensuite des rencontres avec des adultes aux modes de vie complètement différents :
- Charles et son chien Johnny, SDF passant l'hiver sous les ponts de Decize,
- Albertine vivant chichement dans une petite maison d'un village bourguignon en contrepartie de services rendus au propriétaire (repas, ménage) et priant que celui-ci ne décède pas trop tôt,
- Marcel dans l'Allier, agriculteur à la retraite, jamais marié, qui nous fait visiter son trésor dans la cave : réserve de pommes de terre, de vin rouge et de cochon salé.. Pas besoin de plus pour tenir l'hiver,
- Jean dans la Meuse, maire de sa commune, passionné d'ULM qui nous fait décoller du plancher des vaches,
- Claude en Lozère qui cultive et cueille des plantes médicinales et qui joue merveilleusement de l'accordéon diatonique,
- Matthieu, Claire et Laurent qui vivent dans des cabanes en bois construites par eux-mêmes dans la foret cévenole.
- Et tant d'autres .

Chaque rencontre a été une leçon de vie.




Aujourd'hui, dans notre quotidien, nous cultivons les trésors que nous avons reçus au cours de ce voyage, en nous efforçant d'accepter l'Autre comme il est (pas toujours facile !) et d'accueillir les évènements de l'existence comme autant de chances d'apprendre encore et encore.

Si vous aussi, le désir de vivre une aventure humaine simple vous tenaille, n'hésitez plus ! Foncez !

Valérie Ruellan et Angélina Schipani
04 66 46 31 67


Retour à la liste des voyageurs