Charly

 Famille Massy (Suisse)

Je ne me rappelle plus exactement comment nous est venue l'idée quelque peu saugrenue de voyager avec un âne. Sandra avait une période creuse dans le suivi de ses études. Moi, je pouvais m'aménager une petite parenthèse confortable dans ma vie professionnelle. Nous avons donc décidé de partir pour une durée supérieure aux vacances d'été traditionnelles.

Partir, oui, mais où et comment ? Sandra possédant un vieux cheval fort sympathique répondant (rarement) au doux patronyme d'Only You (You You pour les intimes), nous avons naturellement envisagé de l'utiliser comme véhicule.

La profondeur de son estomac et le budget maréchal-ferrant nous firent rapidement écarter cette solution.

Nous avons ensuite éliminé le vélo (trop fatigant), le sac à dos (trop lourd), le mulet (trop cher).

Ce doit être ainsi que nous nous sommes retrouvés avec Cayenne, belle ânesse de 6 ans aux origines incertaines et au port de tête altier. Nous l'avions choisie parce que, dans le lot des ânes présentés qui se pressaient autour de nous pour établir de petits commerces, elle restait en retrait et se contentait de nous fixer du coin de son oeil malicieux. Disons plutôt qu'elle nous a choisis et, finalement, nous en sommes flattés.

Elle savait ce qu'elle faisait, elle portait un ânon et avait besoin de sérénité pour terminer sa grossesse. Elle allait mettre au monde un petit Ignace quelques jours après notre départ. Quand nous avons compris quíelle ne pourrait pas voyager avec nous, nous avons cherché un autre porte-bagages. Et c'est ainsi que nous avons rencontré Charly, hongre mais néanmoins pur-sang fougueux de 1m05 à la charpente solide et à la silhouette trapue.

D'origine tout aussi indéfinie que Cayenne, Charly est cependant beaucoup plus poilu. Il termine sa mue vers le 23 juillet, les premiers poils d'hiver apparaissant deux jours plus tard.

Il a également quelques problèmes orthopédiques. Traînant les sabots antérieurs (pas du tout par paresse, mais par goût du look. Un américain à vélo le qualifiera d'ailleurs durant le voyage de "funky"), il les use rapidement sur le devant, ce qui nous a obligés à le ferrer durant le voyage. Son courage, sa gentillesse, son sens de líhumour et son charme naturel en feront pourtant un compagnon parfait et un ambassadeur de première force.

Notre idée était de suivre un des chemins de St-Jacques de Compostelle de la Suisse aux Pyrénées, de revenir en direction de l'embouchure du Rhône en empruntant en sens inverse le chemin d'Arles, puis de déterminer l'état de nos finances et d'aviser.

Nous sommes partis le vendredi 17 mai 1996 de Yenne, à une trentaine de kilomètres de Genève, pour un périple d'environ mille kilomètres par le Puy jusqu'à Moissac, Carcassonne et finalement Béziers, où nous avons posé le bât et ôté nos chaussures de marche (ah, quel bonheur de marcher les orteils à l'air).

Le récit de notre voyage est, grâce à la magie d'Internet, disponible à tout un chacun à l'adresse suivante :
http ://www.mygale.org/09/rmy.

Vous pourrez donc y découvrir nos démêlés avec les douaniers, nos prises de tête avec les centres équestres de luxe qui ont refusé Charly parce que celui-ci allait indisposer leur chevaux, nos rencontres, nos problèmes de blessures et autres cloques, nos déprimes et nos émerveillements.



Quelques photos

Cahors
Estaing
L'Aubrac

Retour à la liste des voyageurs